Skip to content
October 9, 2010 / Helene Bienvenu, travel-writer

A 38, Budapest music boat / A 38, le bateau ivre de Budapest

And here is another Spotted by locals article I recently wrote about A 38, a milestone of Budapest busy nightlife, illustrated with an end-of-September 2010 concert by DAUU, a great Belgian experimental violin band. A Lajko Felix’s concert, a violin improvisation genius, followed suit.

Here you go with the article:

Yes, Budapest has a floating concert hall. A 38 belongs to those kind of places whose current use totally drifted from their initial one!

The ship which is now a restaurant – café – concert venue, was used during the Soviet times to ship bricks from Ukraine to Hungary. Its original name, Artemoszk 38, got shortened to A 38 but if you listen to Budapest people you’re more likely to hear them saying ‘let’s meet on the boat’ (hajo).

A 38 was renovated and re-launched in 2003 to become one of Budapest busiest nightspot. It hosts very different kinds of concerts (one everyday or almost, usually not on Sundays-Mondays). Click here to get the full article
// FR //

Et voici la traduction d’un article récemment rédigé pour l’excellent blog Spotted by locals (en anglais) pour le compte duquel je rédige régulièrement des courts articles sur les meilleurs endroits de Budapest. Dans cet article, il est question de A 38, salle de concert budapestoise atypique, joyau nocturne de la capitale. Le tout est illustré sur ce blog par une photo du groupe belge DAUU, jouant la carte du violon expérimental. Leur prestation a été suivie par celle de Lajko Felix violoniste prodige originaire de Subotica (issu de la minorité hongroise de Serbie), dont les airs souvent improvisés frôlent la transe. Avec Félix, qui a lui même l’air dans une autre monde sur scène, le public embarque pour des délires musicaux quasi psychédéliques… Car A 38 est bel et bien un bateau ivre. Cette ancienne péniche qui transportait des briques entre l’Ukraine et la Hongrie du temps des républiques populaires dans la région, a été reconvertie en 2003 pour devenir un des foyers de radiation de la musique live sous toutes ses formes. C’est que le Bateau (tel que l’appellent les Hongrois) joue les stakhanovistes : sa cale (pleine à craquer en permanence) héberge concert sur concert. Le tout se double d’un restaurant à l’étage et de deux bars – trois si l’on compte le bar VIP caché derrière la scène…

Cliquez ici pour avoir accès à l’article au grand complet.

Advertisements
%d bloggers like this: