Skip to content
May 4, 2010 / Helene Bienvenu, travel-writer

Edes Erdely / Sweet Transylvania / Douce Transylvanie

Szekelyudvarhely (Odorheiu Secuiesc).

La figure on-ne-peut-plus rabâchée de Dracula occulte le caractère proprement multiculturel de la Transylvanie, une région  haute en couleur, nichée au cœur des Carpates.  Bien que la localité de Szekelyudvarhely (Odorheiu Secuiesc) soit désormais officiellement roumaine, la population y est de souche hongroise à 96% (la Transylvanie a été rattachée à la Roumanie en 1920, – suite au fameux traité de Trianon – après avoir été hongroise pendant plusieurs siècles). 

Au supermarché comme ailleurs, personne ne s’exprime en roumain… à 630 km de Budapest, tout le monde parle hongrois et le plus naturellement du monde – ce qui a le don d’exaspérer certains Roumains pur jus, de passage en ville. Les Transylvains hongrois – en l’occurrence les Sicules – maîtrisent un parler très châtié et usent de tournures devenues démodées en Hongrie (comme léany pour lany), de quoi faire sourire la magyarophone que je suis !

Advertisements
%d bloggers like this: